Les objectifs étaient les suivants :

  • Développer la collaboration interprofessionnelle entre le médecin de famille, l’infirmière pivot, la nutritionniste et le kinésiologue pour soutenir le patient dans une démarche de modification des habitudes.
  • Développer des outils cliniques pour les interventions non-pharmacologiques.

Une soixantaine de patients ont été sélectionnés et les critères d’inclusion étaient les suivants : hypertension et sédentarité.

Je me suis posé la question suivante, comment changer les habitudes de vie en ce qui concerne surtout la sédentarité?

Mon hypothèse était basée sur les éléments suivants : le kinésiologue du projet m’a fait un programme dont l’objectif était un nombre de pas minimal par jour – nous avons débuté par 6000 pas par jour. Pour y arriver je me disais que cela demanderait l’utilisation d’un outil de mesure et si en plus je pouvais partager cette information avec des amis et avec l’équipe du projet cela m’aiderait grandement à me motiver. C’est alors qu’en tant que patient-partenaire j’ai proposé l’utilisation des FitBit à l’intérieur du projet afin de connaître les retombées de cet outil de mesure dans le changement des habitudes de vie.

À chaque rencontre avec l’équipe, nous prenions et analysions l’information qui provenait de ma FitBit, cet outil qui fait maintenant partie de ma vie.
J’espère un jour pouvoir partager cette information avec mon médecin de famille ; sans doute que l’information pourrait être déposée dans mon dossier médical électronique (DME) et ainsi maintenir des données sur mon activité physique.

Fitbit n’est qu’un exemple parmi tant d’autres des objets connectés qui sont disponibles dans le secteur de la santé. Par exemple, pour les maladies chroniques, les tensiomètres, les balances électronique, les glucomètres, piluliers, etc. permettront aux patients qui sont suivis à partir de la maison de transmettre les données à leur équipe de soins de façon plus efficace et efficiente.

Pour plus d’information sur les Fitbit